Contre toute attente TSG (The Stars Group) fait un carton plein dans ses revenus malgré la pandémie

Avec ce qui se passe actuellement dans le monde, face à la pandémie du coronavirus, l’économie stagne. Les groupes de paris sportifs subissent d’importantes pertes dues à la fermeture des principales activités sportives sur lesquelles elles s’appuient. Contrairement à ce qui se passe toutefois, le groupe Stars enregistre des revenus record pour le premier trimestre 2020. La société constate une hausse de 27%, fin mars, comparée à la même période l’an dernier. L’impact de la pandémie sur l’économie n’a pas atteint le groupe et voici pourquoi. 

L’option machine à sous et poker en ligne du groupe

Par rapport à ses concurrents, TSG s’en sort bien mieux. Depuis 2019, le groupe doit 62% de ses revenus à sa marque phare Poker Stars et ses opérations de casinos virtuels. Le groupe se permet de résister à cette crise, car elle constate une dépendance moindre par rapport aux paris sportifs. Et cela malgré le fait qu’en 2018, l’enseigne acquiert le géant britannique des paris en ligne Sky Bet. Début mars, les activités de poker et casinos en ligne de TSG connaissent un essor phénoménal. Cela correspond au début de la propagation de la pandémie et mise en place des mesures de distanciation sociale. A ce moment, TSG constate une hausse de 44% des revenus internationaux relatifs à ces deux marchés. Selon le groupe, ça a été le coup de pouce nécessaire pour atténuer les effets de la perturbation du calendrier sportif. Le groupe est même confiant et pense qu’en diversifiant les activités liées à ces marchés, elle continuera à générer de la trésorerie. Au final, cette dernière aidera TSG à solidifier son bilan et à renforcer sa position. Les futurs effets néfastes du Covid 19 devraient être parfaitement surmontables pour le groupe. L’envers du décor est cependant moins attractif, car de tels résultats pour TSG pourraient créer une « tempête parfaite ». Les grands parieurs, obligés de respecter les mesures de distanciation sociale, rechercheront une compensation. Cependant, l’addiction et les risques encourus sont largement plus dangereux avec les jeux comme la machine à sous en ligne. 

Des résultats prometteurs 

Comme dit plus haut, la part des revenus liés aux jeux de casino et poker de TSG était à hauteur de 44%. Partant de ce postulat, les chiffres des paris sportifs du groupe devaient tout de même être sains pour que le résultat reste positif. C’est en effet le cas, car la société constate une marge de gains nets en termes de paris sportifs. Comparée au premier trimestre 2019, celle de 2020 est trois fois plus élevée. En partie, cela a été dû au fait que les ligues sportives d’élite mondiales n’ont commencé à reporter leurs saisons que vers la mi-février. Ce qui ne laisse que deux à trois semaines maximum de sècheresse sportive pour le premier trimestre. Face à ces résultats plus qu’encourageants, Flutter Entertainment, société mère de Paddy Power, renforce sa volonté de partenariat avec TSG. Cette première devrait en effet acquérir le groupe Stars dans le courant de l’année. Une fusion qui permettra de créer le plus grand opérateur de jeux en ligne au monde en termes de revenus. Au premier trimestre, Flutter enregistre lui aussi une hausse de 16%, seulement celle-ci n’est pas maintenue comme pour TSG. En effet, Flutter commence à sentir les effets de l’isolement. Cela se traduit par un chiffre d’affaires en baisse de 32% entre mi-mars et mi-avril. De plus, cela risque d’empirer plus tard vu que Flutter tire 78% de son chiffre d’affaires des paris sportifs. Malgré tout, la fusion des deux groupes n’est pas pour autant remise en cause. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Slider
Slider
Slider
Slider
Slider