Pandémie du coronavirus : porte ouverte sur l’expansion des jeux de hasard et paris sportifs en ligne

Avec le coronavirus qui sévit, les casinos réels connaissent des temps durs et sont obligés de rester fermés. Cependant, comme aux Etats-Unis où jeux de hasard et paris en ligne sont permis, les casinos virtuels explosent. D’ailleurs, selon certains analystes, ce n’est pas sur le point de s’arrêter tant que le covid 19 subsistera. Dans cette optique, il ne serait pas étonnant que les Etats qui acceptent ce type de pratique augmentent en nombre. 

Ce qu’il en est aujourd’hui

Les casinos en ligne sont, aujourd’hui, légaux dans quelques Etats américains comme le Névada, New Jersey ou encore Pennsylvanie. Du côté des paris sportifs, on compte 16 états les autorisant, avec l’arrivée du Colorado dans la liste, le 1er Mai.  La légalisation de la pratique semble de plus en plus envisageable pour les autres états face au Covid 19. En effet, les faits sont convaincants si l’on se réfère au cas de la Pennsylvanie et du New Jersey. Ce sont les seuls à avoir pu compenser les pertes des casinos réels et paris sportifs grâce aux versions en ligne. En chiffres, le New Jersey a enregistré, un peu moins de 65 millions de dollars de chiffre d’affaires grâce à ses jeux en ligne. En gros, sur 12 mois, cela fait 65,6% d’augmentation. Pour ce qui est de la Pennsylvanie, c’est un peu plus de 24 millions de dollars de revenu rien que pour le mois de mars. 

Des résultats plus qu’attrayants 

Si l’iGaming en général est en essor, les chiffres du New Jersey en rajoutent une couche. En effet, sur l’année passée, cela équivaut à 700 millions de dollars d’augmentation. Penn National Gaming, un grand nom des jeux d’argent en ligne, notamment spécialisé dans les casinos, confirme d’ailleurs ces faits. Selon son PDG, Jay Snowden, les activités de la société contribueront significativement à l’économie américaine en 2021, voire même au-delà. Parmi les branches fortes de l’entreprise, on peut compter Web HollywoodCasino.com, HollywoodRaces.com et Viva Slots. Cependant, ce n’est pas un cas isolé. A l’exemple de The Stars Group qui, il y a peu, a enregistré son chiffre d’affaires le plus élevé. En grande partie, cela lui a été rendu possible grâce à PokerStars et son activité de casino en ligne. Parmi les jeux les plus choisis figurent le craps et le blackjack. La transition n’a pas été difficile étant donné qu’avant même l’arrivée du covid19, les jeux sur mobiles battaient des records. Tel est le cas au New Jersey, où 8 paris sportifs sur 10 se font sur Smartphones et tablettes. 

Des décisions économiques dans l’intérêt de l’état 

Le Covid19 n’a pas que des répercussions sur la santé. Sur le plan économique, c’est un véritable chaos qu’il laisse derrière lui avec les fermetures massives d’entreprises et le chômage. Pour les analystes, face à cette réalité, il faut que l’état trouve de nouvelles sources d’impôts. L’économie est paralysée, mais l’adhésion de plus de pays sur les paris virtuels peut être considérée comme étant une solution. Les gains pourront alors combler les écarts de revenus constatés durant la pandémie. Qui plus est, c’est une option bien plus rapide. Légaliser et déployer des jeux en ligne seraient bien plus facile que de faire remonter la pente aux casinos terrestres. De plus, avec la mise en place de la distanciation sociale, dans la lutte contre le coronavirus, c’est bien plus évident. Rien n’est toutefois encore gagné pour le moment. Des états comme le Connecticut refusent cette option tandis que d’autres comme le Michigan sont en bonne voie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Slider
Slider
Slider
Slider
Slider