2 milliards de pesos philippins pour combattre le coronavirus

Mi-mars, le Président philippin Rodrigo Duterte déclare l’état d’urgence nationale par rapport au coronavirus. Si dans de nombreux pays, cela enclenche des dégâts économiques considérables, aux Philippines la prospérité reste d’actualité. Ainsi, un don de 39 millions de dollars est fait par l’organisme de réglementation des casinos au gouvernement fédéral. Cette somme servira selon eux à lutter contre la pandémie qui sévit.   

2020, une année prospère malgré tout

Si dans le monde, c’est la crise et la chute des économies, aux Philippines l’espoir n’a pas disparu. PAGCOR (Philippine Amusement and Gaming Corporation), société d’Etat, y est d’ailleurs pour beaucoup. 2020 est loin d’être une mauvaise année, malgré la situation, si l’on se réfère aux chiffres de la société. Pour cela, PAGCOR réglemente des complexes hôteliers de plusieurs milliards de dollars dans Entertainment City à Manille, mais pas seulement. Elle exploite aussi 8 casinos terrestres (Casino Filipino) et plus d’une dizaine de petites salles. Selon l’estimation d’Andrea Domingo, son président, un revenu de 290 milliards de pesos philippins (PHP) est espéré pour 2020. Comparé aux résultats de l’année précédente (2019) ce serait une augmentation de 17%. La grande partie des 4,85 milliards de dollars gagnés cette année-là ont été essentiellement pourvus par 4 des complexes hôteliers. Resorts World, City of Dreams, Okada et Solaire ont engendré 3,23 milliards de GGR. Les casinos terrestres ont donné 720 millions de dollars et les jeux offshores philippins (POGO) 700 millions de dollars. Quant aux 200 millions de dollars restant, ils étaient attribués aux casinos commerciaux de Clark et Thunderbird. Cependant, force est de constater que ces prévisions de GGR n’ont rien de sûr. Principalement c’est l’apparition du COVID-19 qui vient chambouler quelque peu ce programme. Il faut savoir que dans le pays, les principaux casinos d’Entertainment City n’ont pas encore fermé leur porte. Cela malgré que l’OMS ait rapporté que certains casinos avaient contribué à propager la maladie entrainant des décès. Néanmoins, cela n’empêche pas PAGCOR de se développer et à faire un don de 39 millions de dollars. Lutter contre cette maladie mortelle et la maîtriser est aujourd’hui la priorité selon Andrea Domingo. 

Une situation qui n’est pas négative à tous les niveaux 

Il faut croire qu’aux Philippines, le virus est bon pour certaines entreprises. Ainsi, pour atteindre ses objectifs, PAGCOR compte essentiellement sur ses jeux offshores POGO. Il est vrai que les licences délivrées par le régulateur des casinos philippins ont été limitées. Toutefois, il existe déjà une soixantaine de détenteurs de permis de jeux en ligne à qui l’isolement pourrait profiter. En effet, la restriction de voyage généralisée en Asie est une occasion d’augmenter les revenus de ce type de plateforme. Dans cette optique, les POGO attirent surtout les ressortissants chinois. Il faut comprendre que ce type de jeu est illégal en Chine sauf pour la loterie publique et dans la région de Macao. Pour rappel, la Chine est aujourd’hui encore en confinement avec plus de 80 000 cas et plus de 3 000 décès enregistrés. Dans cette optique, Entertainment City cible les citoyens chinois. Ne pouvant pas voyager, il les incite à prendre part aux jeux d’argent en ligne. Ces derniers sont parfaitement réglementés aux Philippines et les serveurs du pays recueillent la majorité des jeux de toute l’Asie. En Chine, depuis le début de la pandémie, les déplacements vers Macao ont alors énormément augmenté. Il s’est donc avéré que les serveurs de jeux en ligne de la région ont enregistré une augmentation proportionnelle des activités. Malgré tout cela, les POGO ont fait l’objet d’examens minutieux. En effet, la rumeur s’est répandue selon laquelle de centaines de milliers d’immigrants chinois illégaux y travailleraient. De plus l’affirmation de PAGCOR, comme quoi un travailleur sur quatre est philippin, a ajouté de l’huile au feu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *