Paris sportifs devenus paris météorologiques

Avec la situation actuelle, seuls les plus créatifs réussissent à faire tourner leurs affaires. Si l’on est tenté de croire que les paris sportifs rendent l’âme, on est bien loin de la vérité. En effet, ces entités doublent de créativité pour offrir aux joueurs d’autres évènements sur lesquels parier. En effet, pour tenter de traverser ces temps durs, ils se tournent vers les prévisions météorologiques. Quand il n’y a pas de sport à proposer, les évènements non-sportifs sont mis à l’honneur. Avec les salons de paris vacants en temps de pandémie, il faut bien faire tourner la boîte.  Le COVID-19 a mis bien des activités au point mort, ainsi, même les paris se recentrent sur des choses aléatoires comme la météo.

Mettre à l’honneur la capacité de prédiction des joueurs 

Ce n’est plus une surprise pour personne, les évènements sportifs ne sont plus d’actualité. Devant être annulés ou reportés pour une durée indéterminée à cause du COVID-19, ceux-ci ne peuvent plus être sources de paris. C’est dans cette optique que les plateformes de paris comme Bovada ont réorienté leur activité. Il est alors aujourd’hui possible de parier sur la météo. L’idée de base est alors d’inciter les parieurs à prédire la météo s’ils en ont l’habilité. C’est ainsi que des lignes de paris sur la température maximale dans le Texas ou à Houston sont lancées. Etonnement, cela fonctionne lorsqu’on remarque des parieurs qui osent avancer des chiffres. La plateforme propose alors deux options, en-dessous ou au-dessus de 27°C. Les chiffres ont donc été de -180 pour les premiers contre +140 pour les plus de 27°C. 

Aujourd’hui, des cotes de températures sont disponibles pour plusieurs villes. Ce qui fait que les parieurs peuvent miser sur la météo de Jacksonville, Philadelphie, Vancouver, Chicago, Phoenix ou encore New York. Il y a même des favoris, comme le cas de Chicago. La température en baisse de paris était placée dans les 5°C mi-mars avec une cote de -250. En principe, si un parieur mise dans les 100$, il peut gagner jusqu’à 40$. Il suffit alors que la température reste à ce niveau ou augmente au-dessus. Bien évidemment, les parieurs se réfèrent à Weather Channel avant de confirmer leurs mises et retrouvent les résultats sur www.timeanddate.com.

Effet sur les joueurs 

Aux Etats Unis, les jeux télévisés sont plus qu’appréciés. Parmi les plus célèbres figure « Jeopardy ! The Greatest of all time » traduit en français par « Péril ! ». Parmi les participants les plus emblématiques de l’émission, James Holzhauer a fini second dans le tournoi. Dernièrement, celui-ci s’est reconverti dans les paris sportifs. Devenu parieur professionnel, il a prouvé, à plus d’une reprise que les parieurs peuvent faire plus que de jouer. En effet, ceux-ci, dit-il, ont des compétences analytiques qui peuvent jouer en leur faveur. Toutefois, la question est de savoir si même le meilleur parieur sportif a les compétences pour jouer contre mère-nature ? Il faut comprendre que le pari sur la météo en soi n’a rien de réellement envoutant. Ce qui plait le plus au joueur c’est de se laisser emporter par des paris purement hasardeux. L’unique facteur « chance » de trouver ou non la bonne réponse est une véritable source d’adrénaline. Aujourd’hui, les paris sont tellement variés que les joueurs sont considérés comme des dégénérés. Cela peut en effet aller d’un pari sur les résultats d’une compétition de télé-réalité à celle d’une remise de prix… Mais cela peut aussi se faire sur des évènements plus lugubres comme la prédiction de décès de personnes célèbres.Toutefois, cela a pour avantage d’occuper les plus grands parieurs durant ces temps d’isolement.

De nouveaux paris encore plus étranges 

La suspension des paris sportifs a eu des effets quelques peu étranges. Outre cette histoire de paris météorologiques, les gens se sont aussi mis à parier sur les résultats de la loterie. Cette dernière étant déjà en soi un jeu de pur hasard, parier dessus est assez étrange. Cela est en grande partie dû, aux Etats Unis, aux dessins de Mega Millions et Powerball. Dans cette optique, les joueurs avaient la possibilité, de prédire le nombre de méga balles d’or pour un tirage. En date du 17 mars par exemple, les 25 numéros avaient une côte de +2000. Les paris pouvaient aussi porter sur le fait qu’il y ait ou non un gagnant au jackpot Mega Millions. Sur ce dernier, les cotes étaient de -3500 pour le « non » contre +900 pour le« oui ». Pour rappel, le jackpot était alors estimé à 90 millions de dollars. Du côté de Powerball, le lendemain (18 mars), la cote des 25 numéros rouges était de +2100. Côté jackpot, les chiffres étaient de -1200 pour le « non » et +600 pour le « oui ». Pour Powerball, le jackpot était estimé à 130 millions de dollars. Il y a toutefois une question qui subsiste. Si les parieurs sont aussi confiants pour les résultats, pourquoi ne pas simplement jouer à la loterie ? Ils pourraient alors rafler eux-mêmes le jackpot ou trouver la balle Powerball ou le Gold Mega Millions sur lesquels ils misent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Slider
Slider
Slider
Slider
Slider