Jeu de casino : principe et histoire

Depuis la nuit des temps, l’homme a toujours aimé faire un pari sur tout et n’importe quoi. Cela est même attesté par une série de découvertes, il y a pas longtemps, d’objets anciens relatifs à la pratique des jeux d’argent en Chine, au Moyen-Orient et en Inde. Les jeux existant actuellement au casino constituent ainsi, en quelque sorte, l’émanation de ces jeux auxquels nos lointains aïeux y ont recours.  Redécouvrir leur principe et leur histoire vous aidera sûrement à en faire le lien. 

Les craps 

Si en France, il est souvent boudé par les joueurs, dont la plupart ne le connaissent même pas, de l’autre côté de l’Atlantique, le Craps est un jeu de casino très populaire. Aux Etats-Unis notamment, c’est à lui qu’on doit l’électricité de l’ambiance dans les établissements de Las Vegas et d’Atlanta. Mais de quoi s’agit-il réellement ? Le craps est un jeu de dés. De ce fait, y jouer consiste à parier sur le résultat d’un ou de plusieurs lancers de dés.  Pour mettre la chance de son côté en jouant à ce jeu, un joueur novice doit privilégier les mises « ass Line », « Come », « Don’t Pass », « Don’t Come » et « Free Odds »

La création du Craps par Sir William de Tir remonte à 1125, année où durant l’une de ses croisades, celui-ci a barricadé, avec ses troupes, un château du nom de Hazarth, d’où l’appellation du jeu à l’époque. Tout le monde n’est cependant pas d’accord à la prétention des Anglais comme inventeur du Craps. Certaines sources avancent ainsi que le nom Hazarth est tiré d’Alzar, un jeu de dés arabe que les commerçants européens auraient apporté chez eux au retour de leurs voyages asiatiques. Le nom « Craps », lui, a été inventé par un Français en signe de contestation de filiation anglaise du jeu.  

A noter tout de même que le Craps tel qu’on le connait actuellement est apparu au 19e siècle, à l’initiative de John H. Winn. 

Le Blackjack 

Le Blackjack, de son côté, est un jeu de casino très prisé par les Européens. Il constitue ainsi l’un des plus grands concurrents des machines à sous et du poker. Son appellation est due à un bonus attribué aux States aux joueurs ayant une main constitué d’un as et d’un valet noir. La traduction anglaise de valet noir est en effet Black Jack. Bien que ce bonus ne soit plus offert par la quasi-totalité des casinos du monde, le nom a été préservé. 

On appelle également ce jeu de casino vingt-et-un, un nom suffisant pour en comprendre le principe. En effet, le but, avec le Blackjack, est en effet d’être le plus proche possible de la valeur vingt-et-un tout en évitant de la dépasser. Le croupier se charge ainsi, à la demande du joueur, du tirage des cartes qui s’empile devant lui. Il fera le même pour lui. Le vainqueur entre les deux sera celui qui répond au principe précité. 

Miguel de Cervantes, l’auteur du célèbre « Don Quichote », est le premier qui a écrit sur un jeu apparenté au Blackjack connu sous le nom de Ventiuna. Dans son ouvrage Rinconete y Cortadillo » en effet, il y a un récit d’un couple qui doit sa réussite financière aux triches à ce jeu à Seville et dans plusieurs localités andalouses. Car l’écriture de l’histoire date du début du XVII Siècle, de nombreux experts s’accordent à dire que l’ancêtre du Blackjack devrait avoir vu le jour à la deuxième moitié du siècle précédent. 

La roulette 

C’est le jeu des casinos le plus recommandé aux néophytes, du fait de sa simplicité et la plus grande chance de remporter un jackpot. La roulette affiche 37 chiffres, dont un zéro, si elle est française ou anglaise. Sur la roulette américaine, par contre, il y en a 38, dont un zéro et un double-zéro. 

Pour jouer, il suffit de rejoindre une table proposant le jeu et de parier contre la maison sur un ou plusieurs numéros ou couleurs. La table est ainsi constituée d’un espace de mise et d’un plateau doté de cases numérotées disposé dans une cuvette en bois. Le croupier fait virevolter le cylindre avant de procéder au lancement d’une bille dans la cuvette pour déterminer la couleur ou le numéro gagnant. 

Si la roulette telle qu’on la connait aujourd’hui date du début du XIXe Siècle et a été créée aux USA, de nombreuses sources laissent croire que des jeux apparentés ont déjà existé plusieurs siècles auparavant. Les Romains ont déjà par exemple inscrit des nombres et symboles sur leurs roues de char avant de les faire tourner pour permettre à un participant chanceux de gagner à un jeu similaire. Cependant, le format le plus proche de celui qui est proposé actuellement a vu le jour en France en 1657, sous l’impulsion du philosophe et mathématicien Blaise Pascal.

Les machines à sous 

En termes de popularité, les machines à sous se trouvent loin devant les autres jeux de casino. Avec elles en effet, il n’y a pas réellement besoin de calculer pour jouer. Les joueurs devront seulement glisser des pièces dans une machine physique ou parier son argent électronique dans une machine virtuelle. La machine affichera, après être actionnée via une manivelle ou un bouton, des combinaisons qui peuvent, selon leur chance, être gagnantes ou pas. 

Par rapport aux autres jeux de casinos, les machines à sous ont une origine plus récente. On doit la création de leur premier prototype à l’inventeur américain Charles Frey. Grâce à la simplicité de son mécanisme, la nouvelle machine a suscité la convoitise de nombreux casinos qui l’ont adopté en masse jusqu’en 1920, année où la prohibition de l’alcool et des jeux d’argent a commencé à gagner en ampleur. Elle sera tout de même utilisée en tant que distributeur de bonbon. Les symboles de fruits qu’on trouve sur bon nombre de machines à sous actuelles datent de cette époque. 

Les jeux ont repris leur droit à la fin de la prohibition et la machine à sous mécanique a retrouvé sa popularité du début du XXe Siècle. Elle sera tout de même mise progressivement à l’ombre par les machines à sous électromécaniques de Bally à partir des années 60. Son attrait s’est encore réduit de plus en plus après l’avènement des machines à sous vidéo dans les années 80, puis les machines à sous virtuelles deux décennies plus tard. 

Quid du poker 

Le poker est le jeu de casino qui compte le plus grand nombre de variantes. Il est tout de même possible d’en sortir quelques caractéristiques communes. Quelle que soit donc la variante de poker, le jeu se déroule avec 52 cartes et ne laisse pas de place aux jokers, comme les autres jeux de cartes. Chaque joueur cherchera à obtenir la meilleure combinaison possible de cinq cartes avec sa main pour amasser la totalité des mises de chaque manche. En fonction des variantes, le nombre des joueurs pouvant rejoindre une table varie généralement entre deux et dix. La présence d’un dealer est incontournable pour la distribution des cartes, mais également pour définir quel joueur jouera en premier. Il s’agit, en principe, de celui qui se trouve à sa gauche. Le sens des aiguilles d’une montre devra, par la suite, être suivi pour le déroulement des « paroles ». 

Du fait de sa popularité, de nombreux pays revendiquent la filiation du poker. Force est cependant de reconnaître que son format actuel et sa démocratisation sont dus aux Américains. Jonathan H. Green évoque notamment dans son ouvrage An Exposure of the Arts and Miseries of Gambling l’attrait des locaux et touristes pour les parties organisées sur les bateaux à aubes du Mississipi. C’est là par ailleurs qu’apparaît le traditionnel paquet de 52 cartes. 

A noter cependant que même les Américains accordent que leurs ancêtres se sont inspirés du Poque français, le premier jeu qui a, par ailleurs, utilisé les 4 couleurs. Le poque pourrait être, à son tour, l’émanation du Ganjifa indien, de l’As nas perse, voire du Pochspiel allemand. 

Slider
Slider
Slider